Palmares Magazine
CRITIQUES : Interlude   |    CONFERENCES DE PRESSE : Interlude   |    SUR LE VIF : Interlude   |    TROPHEES : Patience !   |    AGENDA : Interlude   |    INTERVIEWS : Interlude   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #01   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #02   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Où trouver Palmarès magazine...   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine en France   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine en Belgique   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine en Italie   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine au Maroc   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #03   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Trouver Palmarès magazine au Canada   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #04   |    TROPHEES : Le palmarès du 64ème Festival de Cannes   |    SUR LE VIF : Palmarès magazine #05   |    TROPHEES : Isabelle Huppert   |    TROPHEES : Harrison Ford   |    TROPHEES : Le palmarès complet du Festival del film de Locarno 2011   |    A L AFFICHE : La Guerre est déclarée   |    CRITIQUES : Carnage   |    CONFERENCES DE PRESSE : A Dangerous Method   |    CRITIQUES : A Dangerous Method   |    CONFERENCES DE PRESSE : Shame   |    TROPHEES : tiff 2011 : le palmarès complet   |    TROPHEES : 68ème Mostra : le palmarès complet   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Le Festival de cinéma européen des Arcs   |    CRITIQUES : Une vie meilleure   |    CRITIQUES : Extraterrestre    |    TROPHEES : Festival de cinéma européen des Arcs 2011 : Le palmarès complet    |    CRITIQUES : Bullhead   |    CRITIQUES : Gypsy   |    CRITIQUES : Death of a superhero   |    CRITIQUES : Lena   |    A L AFFICHE : Louise Wimmer   |    A L AFFICHE : Une vie meilleure   |    A L AFFICHE : Café de Flore   |    INTERVIEWS : Jean-Marc Vallée   |    TRIBUNES : La Quinzaine des Réalisateurs 2012   |    CONFERENCES DE PRESSE : Billy Bob Thornton   |    TROPHEES : Berlinale 2012, le palmarès complet   |    A L AFFICHE : Bullhead   |    TRIBUNES : Cannes 2012, la sélection officielle   |    TRIBUNES : Cannes 2012, le mot du Président   |    A L AFFICHE : Avé   |    TRIBUNES : La Semaine de la Critique 2012   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2012, les films de dernière minute   |    AGENDA : FCCF 2012   |    TRIBUNES : Coopération franco-chinoise   |    TRIBUNES : Made in China, II   |    CRITIQUES : Moonrise Kingdom   |    SUR LE VIF : Tapis rouge : soirée d'ouverture   |    TROPHEES : Le Carrosse d’Or   |    CRITIQUES : Après la bataille   |    SUR LE VIF : Quinzaine des Réalisateurs, soirée d'ouverture   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Conflit d’intérêts ?   |    TRIBUNES : Rencontres franco-chinoises   |    SUR LE VIF : "De rouille et d'os", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Après la bataille", le tapis rouge   |    CRITIQUES : Beyond the Hills   |    CRITIQUES : Paradis : amour   |    SUR LE VIF : "Broken", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Madagascar 3", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Paradis : amour", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Reality", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "The Paperboy", le tapis rouge   |    CRITIQUES : The We and the I   |    SUR LE VIF : "Beyond the Hills, le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Lawless" (Des hommes sans loi), le tapis rouge   |    CRITIQUES : Les Invisibles   |    SUR LE VIF : "Dario Argento's Dracula", le tapis rouge   |    CRITIQUES : Hors les murs   |    TRIBUNES : Une journée particulière   |    SUR LE VIF : "Amour", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : The Hunt", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "In Another Country", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Vous n'avez encore rien vu", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Like Someone in Love", le tapis rouge   |    CRITIQUES : A perdre la raison   |    SUR LE VIF : "A perdre la raison", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Killing Them Softly", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "The Angels' Share", le tapis rouge   |    CRITIQUES : Killing Them Softly   |    TROPHEES : Le palmarès officiel   |    SUR LE VIF : "Post Tenebras Lux", le tapis roupe   |    TROPHEES : Le palmarès de la Quinzaine   |    TROPHEES : Le palmarès de la Semaine   |    TROPHEES : Cannes 2012, les autres prix   |    SUR LE VIF : "Cosmopolis", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Dans la brume", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Hemingway & Gellhorn", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "L'Ivresse de l'argent", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : "Mud", le tapis rouge   |    SUR LE VIF : La cérémonie de clôture, tapis rouge !   |    INTERVIEWS : Téléfilm Canada   |    INTERVIEWS : Philippe Falardeau (1/2)    |    CRITIQUES : Monsieur Lazhar   |    INTERVIEWS : Olivier Père, l'homme de Locarno   |    INTERVIEWS : Philippe Falardeau (2/2)   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Gebo vs. Aftershock   |    CRITIQUES : Argo   |    CRITIQUES : Caught In The Web   |    CRITIQUES : Rebelle   |    INTERVIEWS : Kim Nguyen   |    TROPHEES : Prix Louis-Delluc 2012   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2013, la Sélection officielle   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2013, la Quinzaine des Réalisateurs   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2013, la Semaine de la Critique   |    CRITIQUES : The Great Gatsby   |    TRIBUNES : Conversation avec Jane Campion   |    CRITIQUES : The Bling Ring   |    CRITIQUES : Miele   |    CRITIQUES : Fruitvale Station   |    INTERVIEWS : Ryan Coogler, la révélation Sundance   |    SUR LE VIF : Happy Birthday Thomas!   |    TROPHEES : Le Prix Média 2013 à Thomas Vinterberg   |    CRITIQUES : Les Garçons et Guillaume, à table !   |    INTERVIEWS : Guillaume Gallienne, le Q&A   |    CRITIQUES : Only God Forgives   |    TRIBUNES : MEDIA Audience strategy   |    CRITIQUES : La Vénus à la fourrure   |    CRITIQUES : Nebraska   |    CRITIQUES : La Dernière fois que j'ai vu Macao   |    INTERVIEWS : Cameron Bailey   |    CRITIQUES : Grace de Monaco   |    CONFERENCES DE PRESSE : Jane Campion et ses jurés   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Quinzaine des Réalisateurs 2014, la sélection   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Semaine de la Critique 2014, la sélection   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Festival de Cannes 2014, la sélection   |    TRIBUNES : tiff industry meetings: Du Contrat Social   |    TRIBUNES : L’image du cinéma français dans le monde   |    CRITIQUES : Captives   |    CRITIQUES : Bande de filles   |    EDITO : #bonneconduite   |    SUR LE VIF : Le Carrosse d'Or à Alain Resnais   |    TRIBUNES : Saint Laurent Turner   |    CRITIQUES : Lost River   |    TROPHEES : Cannes 2014, le palmarès officiel   |    TROPHEES : Cannes 2014, le palmarès des sections parallèles   |    CRITIQUES : 12 Years A Slave   |    CRITIQUES : Gravity   |    CRITIQUES : Prisoners   |    TROPHEES : Prix Henri Langlois, 10ème anniversaire   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2015, La Sélection officielle   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2015, la Quinzaine des Réalisateurs   |    MINUTE REDACTIONNELLE : Cannes 2015, La Semaine de la critique   |    CRITIQUES : La Tête haute   |    CRITIQUES : Sleeping Giant   |    CRITIQUES : The Lobster   |    CRITIQUES : A Perfect Day   |    CRITIQUES : Inside Out Vice-Versa   |    CRITIQUES : Sicario   |    TRIBUNES : La France va mal   |    TROPHEES : Cannes 2015, le palmarès officiel   |    TROPHEES : Cannes 2015, les autres Prix   |    TRIBUNES : Le cinéma "Trademark"   |    CRITIQUES : L'Assemblée   |    CRITIQUES : Juste la fin du monde   |    CRITIQUES : Barbara   |    TRIBUNES : Okja, ou le cinéma selon Netflix   |    CRITIQUES : 120 Battements par minute   |    TRIBUNES : Promouvoir la francophonie   |    CRITIQUES : The Florida Project   |    A L AFFICHE : Cannes, 71ème Festival international du film   |   
Tribunes

Consulter la table "Tribunes"


Chercher dans la table "Tribunes"




Cannes 2011   -   04-05-2011

Les tendances à l’avance   

Les réponses aux quatre grandes questions que vous vous posez sûrement sur l’édition 2011. Pour savoir rapidement et simplement ce que promettent les différentes sélections.

Pourquoi n’y aura-t-il pas assez de prix pour tout le monde ?

Beaucoup de récompenses, plus ou moins officielles, sont décernées à Cannes, mais bien moins que la soixantaine de prix et de mentions remis à la Berlinale. Cette année, il risque de ne pas y en avoir suffisamment. Sur les dix-neuf cinéastes en compétition pour la Palme, seuls six ne sont jamais venus à Cannes : l’israélien Joseph Cedar, l’australienne Julia Leigh, la française Maïwenn, le roumain Radu Mihaileanu, l’autrichien Markus Schleinzer, et le danois Nicolas Winding Refn. Parmi les seize qui restent, douze ont déjà été en Compétition Officielle, et onze ont été récompensés (seul Bertrand Bonello a fait chou blanc avec Tiresia).

Mauvaise nouvelle pour les petits nouveaux, cinq cinéastes cette année en lice pour la Palme ont pris l’habitude de ne jamais, ou presque, repartir bredouille de la Croisette. S’ils sont prévoyants, les frères Dardenne ont déjà réservé leurs places pour la cérémonie de clôture : ils ont reçu à Cannes plus de prix qu’ils n’ont eu de films en Sélection Officielle, soient cinq récompenses (dont deux Palmes d’Or) pour quatre participations. Derrière ce carton plein – unique dans l’histoire récente du Festival – un petit groupe entend bien sabrer le champagne, le soir du palmarès. Pedro Almodovar en fait partie. Faut-il mettre ses minauderies pré-cannoises sur le compte de sa frustration répétée de voir la Palme lui échapper à chaque fois ? Si Volver, au sein d’une sélection 2006 faible en œuvres fédératrices, aurait mérité plus que son prix d’interprétation féminine, l’Espagnol peut s’enorgueillir de trois récompenses, pour trois films présentés, même si le dernier, Etreintes brisées, a quitté la Croisette les mains dans les poches. Lars von Trier n’a pas non plus réalisé le carton plein – Manderlay, Dogville et Les Idiots ne figurent pas au palmarès du Festival – mais avec huit récompenses, dont une Palme, pour huit sélections, il ne va pas nous arracher de larmes. Ni lui, ni le turc Nuri Bilge Ceylan, avec trois prix majeurs pour trois long-métrages présentés (sans compter le Prix FIPRESCI pour Les Climats en 2006).

Ajoutez à ces lauréats en série un outsider, Terrence Malick, récompensé d’un seul prix, celui de la mise en scène, mais pour son unique sélection cannoise (Les moissons du ciel en 1979), et vous arrivez à mettre de côté cinq récompenses sur les sept normalement attribuées. Sans compter la Caméra d’Or, attribué au meilleur premier film. Celle-là, c’est sûr, ils ne l’auront pas.

 

Pourquoi ce festival sera-t-il cosmique ?

Partons d’un syllogisme évident, même s’il s’appuie sur des mots qui peuvent être intimidants : le cinéma hollywoodien aime produire une métaphysique intelligible, Terrence Malick aime la métaphysique, donc The Tree of Life sera métaphysique au carré. L’une des affiches de sa nouvelle réalisation, une mosaïque constituée a priori d’images du film, montre un escalier en colimaçon, une galaxie ronde comme une pupille, la Terre – bref, toutes les figures circulaires susceptibles de rappeler cet œil cosmique englobé et englobant qui nous scrute tous, pauvres mortels – avec en sus un dinosaure, ainsi que Brad Pitt et Sean Penn, pour bien nous faire sentir la fulgurance de l’évolution, du saurien à la star hollywoodienne. Après avoir repris notre respiration, une seule question nous taraude : mais comment diable Malick va-t-il faire tenir tout ça en 138 minutes ?

On se la pose moins concernant Lars von Trier avec Melancholia et c’est peut-être un tort. Il donne des airs d’Ophélie shakespearienne à Kirsten Dunst, mais distille dans sa bande-annonce des images inattendues de la Terre vue de l’espace, sur le point d’entrée en collision avec une énorme planète inconnue. A la cosmicité prévisible de ces deux films locomotives s’ajoutent des questionnements religieux venus d’Italie (Habemus Papam de Moretti, Corpo Celeste d’Alice Rohrwacher à la Quinzaine des Réalisateurs), des voyages initiatiques et mystiques au sein de paysages laissés à la Nature (à la Quinzaine, la quête des enfants de Blue Bird, de Gust Van den Berghe, et celle des héros de Chatrak, de Vimukthi Jayasundara, à la recherche d’un homme de la jungle dormant dans les arbres), et le mysticisme habituel de Naomi Kawase (Hanezu no tsuki en compétition) ou Bruno Dumont (Hors Satan au Certain Regard). Les étoiles, c’est sûr, ne seront pas que sur le tapis rouge.


Pourquoi les claustrophobes vont-ils mal vivre cette édition 2011, et les lubriques, se régaler ?

La maison close s’annonce comme un lieu de prédilection. A la Semaine de la Critique, le chinois Zou Peng propose Sauna on the Moon, sur une petite entreprise toute entière dédiée aux plaisirs procurés par ses charmantes employées. En Compétition, deux établissements de passes appâteront le chaland. L’Apollonide – Souvenirs de la maison close, de Bertrand Bonello, promet un huis-clos décrivant la vie d’une prostituée dans un bordel parisien du début du XXème siècle. Si l’expression « fille de joie » sera appropriée pour définir une héroïne arborant un rictus digne de « l’homme qui rit » hugolien, à cause d’une balafre au visage, on n’aura aucun mal à imaginer le plaisir extatique que ressentiront les festivaliers les plus vicelards à la vue de l’affiche du film.

Sleeping Beauty, de Julia Leigh, l’un des deux films en Compétition à concourir pour la Caméra d’Or, propose une variation contemporaine et sous GHB de ce canevas. Sa « beauté endormie » n’est autre qu’une étudiante livrée à ses clients dans son sommeil. Avec Emily Browning dans le rôle titre, alias Babydoll dans Sucker Punch, c’est sûr, certains ne seront pas pressés de voir cette jeune fille se réveiller.

 

Pourquoi ne fera-t-il pas bon être un enfant à Cannes ?

Les jeunes vont mal vivre cette édition 2011. A l’écran tout du moins. Le Loverboy de Catalin Mitulescu, au Certain Regard, est un rabatteur qui séduit des adolescentes pour mieux les mettre sur le trottoir. Dans Play, de Ruben Ostlund, à la Quinzaine, une bande d’adolescents use d’une psychologie perverse pour dépouiller ses victimes, sans jamais les menacer explicitement, alors que dans We Need To Talk About Kevin, de Lynne Ramsay, en Compétition, au contraire, un lycéen fait un carton à l’arbalète en prenant pour cibles ses camarades.

Si nos amis les jeunes n'ont rien à attendre de ceux de son âge, avec les adultes, c’est pire. Deux films de captivité juvénile sont là pour le prouver. Michael, premier long-métrage de l’autrichien Markus Schleinzer, en Compétition, s’inspire largement du calvaire de Natacha Kampusch, pour raconter l’enlèvement, le viol et la séquestration d’un enfant. A la Quinzaine, Jeanne captive de Philippe Ramos, reconstitue les derniers jours de la Pucelle d’Orléans, aux mains des Anglais. Et puis il y a ces jouvenceaux australiens qui ne trouvent rien de mieux que de faire amis-amis avec un tueur en série dans Snowtown, de Justin Kurzel, à la Semaine ; ces petites frappes arrêtées par la brigade des mineurs de Polisse, de Maïwenn, en Compétition, etc. On comprend mieux, c’est sûr, pourquoi Kung-fu Panda 2 n’a pas eu sa place sur la Croisette.

Contacter l'auteur  Christophe Beney
Souscrire   Favoris et partage






Tous les sujets d’actualité

Cannes 2017
[24-05-2017]
  -   Promouvoir la francophonie
Cannes 2017
[20-05-2017]
  -   Okja, ou le cinéma selon Netflix
Cannes 2016
[20-05-2016]
  -   Le cinéma "Trademark"
Cannes 2015
[22-05-2015]
  -   La France va mal
Toronto 2013
[20-10-2013]
  -   tiff industry meetings: Du Contrat Social
Cannes 2014
[20-05-2014]
  -   Saint Laurent Turner
Cannes 2014
[18-05-2014]
  -   L’image du cinéma français dans le monde
Cannes 2013
[22-05-2013]
  -   MEDIA Audience strategy
Cannes 2013
[16-05-2013]
  -   Conversation avec Jane Campion
Cannes 2012
[22-05-2012]
  -   Une journée particulière
Cannes 2012
[18-05-2012]
  -   Rencontres franco-chinoises
FCCF 2012
[13-05-2012]
  -   Made in China, II
FCCF2012
[13-05-2012]
  -   Coopération franco-chinoise
Cannes 2012
[27-04-2012]
  -   La Semaine de la Critique 2012
Cannes 2012
[27-04-2012]
  -   La Quinzaine des Réalisateurs 2012
Cannes 2012
[19-04-2012]
  -   Cannes 2012, le mot du Président
Cannes 2012
[19-04-2012]
  -   Cannes 2012, la sélection officielle



Les films de Malick et Von Trier
© DR

Apollonide
© DR

Les films de Ramsay et Kurzel
© DR